La prévention, une voie qui rapporte! (2e partie de la capsule « Tolérer l’intolérable »)

« Prévenir au lieu de guérir », un dicton bien connu qui demeure véridique et actuel! En effet, la prévention des comportements inacceptables assure des impacts positifs dans le développement des habiletés sociales. Lorsque l’adulte se place en « mode prévention » (modeler, observer, guider, expliquer, encadrer sainement, etc.), les comportements interdits déclinent ou disparaissent parce que l’enfant apprend à piger dans son propre coffre à outils. Il sait qu’il est encore justifiable de se frustrer ou se fâcher envers ses copains ou les adultes. En échange, il apprend graduellement à sélectionner la solution adéquate pour résoudre son problème.

De plus, la prévention permet notamment:

  • D’être accepté au sein d’un groupe et ainsi développer un sentiment d’appartenance.
  • D’augmenter l’estime de soi (image positive de lui-même). En grandissant, une estime de soi élevée deviendra un facteur de protection tout au long de sa vie.
  • De développer des modes de communication en s’affirmant d’une manière saine et efficace.
  • De reconnaitre l’effet de ses gestes et de ses mots sur autrui (apparition de l’empathie, devenir sensible et responsable de ses actions envers les autres).
  • De créer un répertoire de stratégies pour y puiser des solutions puis résoudre pacifiquement des conflits.
  • D’être heureux à travers des relations plus harmonieuses, des liens affectifs durables.

Voici quelques suggestions pour prendre l’habitude de prévenir:

  • Analyser l’environnement physique et apporter des changements. Par exemple, disposer autrement les tables peut réduire certaines sources de conflits, changer les places au vestiaire…
  • Observer et SOULIGNER le plus souvent possible une intention, une parole ou un geste positifs envers un adulte ou un pair (ex. offre d’aide, geste doux, partage, tolérance de la proximité, politesse..).
  • Avertir qu’il y aura des changements, une transition, un évènement spécial. À vous de juger ce qui signifie « à l’avance » selon la situation et le caractère de l’enfant. Trop d’avance ou pas assez peut le déstabiliser au lieu de l’aider.
  • Utiliser du matériel pour développer les habiletés sociales (programmes spécifiques pour les milieux de garde et les écoles, livres, marionnettes, scénarios sociaux, etc.).
  • Démontrer de la clarté dans vos attentes et règles de vie. Donc, au lieu de dire « écoute bien aujourd’hui », mentionner les mots exacts correspondants au comportement attendu. Les pictogrammes peuvent être utiles pour appuyer le verbal. Quand l’enfant est capable de s’exprimer suffisamment, lui demander ce que l’on attend de lui.
  • La vigilance doit être au rendez-vous. Il faut demeurer aux aguets si une situation est proche de déborder. Penser à rediriger l’enfant vers un autre intérêt. S’il refuse, le guider dans sa démarche afin de résoudre la situation.
  • Donner suffisamment de responsabilités pour encourager le sentiment de compétence, la fierté.
  • Offrir CHAQUE jour des moments de qualité (1-1), ne serait-ce qu’une courte période de « chatouilles », une partie de cartes ou quelques devinettes dans l’auto au retour à la maison. Ceci afin de séparer le comportement qui nous dérange de l’enfant et ainsi préserver le lien affectif.

Gardez à l’esprit que vous êtes les premiers agents de socialisation et que votre rôle est grandement significatif pour servir de modèle! En lui faisant explorer les différentes solutions pacifiques et en soulignant ses réussites aussi minimes soient-elles, vous multipliez les chances que l’enfant devienne un adolescent puis un adulte fonctionnel, équilibré et heureux dans sa vie! Regardez Vers l’Avant!

Consultez la première partie de cette capsule : « Tolérer l’intolérable ».